La situation sanitaire au regard de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) continue à se dégrader ces dernières semaines. Le nombre de foyers d’influenza aviaire en élevage et dans la faune sauvage progresse encore en France métropolitaine et en Europe. Face à un risque de contamination accru du fait de la baisse des températures et de la forte activité migratoire des oiseaux sauvages, le niveau de risque a été relevé de « modéré » à « élevé » sur l’ensemble du territoire métropolitain. Un communiqué de presse a été édité en ce sens par le ministère (https://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-la-france-passe-en-niveau-de-risque-eleve)
À compter du 11 novembre, la protection des élevages de volailles est renforcée et les mesures de prévention sont généralisées. Ainsi, toutes les volailles doivent être mises à l’abri sur l ‘ensemble du territoire et les rassemblements de volailles sont interdits.
Pour les basse-cours (établissements non commerciaux détenteurs de volailles), il est attendu :
– soit un confinement sous filet
– soit un maintien en bâtiment fermé des oiseaux.
Il est rappelé que les basse-cours doivent être déclarées en mairies et enregistrées dans un registre qui permettra en cas déclaration d’un cas d’IAHP de ne pas perdre de temps pour localiser les animaux à surveiller. A toutes fins utiles, vous trouverez ci-joint une affiche rappelant les mesures de biosécurité à appliquer par les détenteurs de basse-cour

Pour les élevages commerciaux :
– les gibiers à plumes peuvent être maintenus sous filet.
– les élevages de volailles doivent être autant que possible enfermés en bâtiments.
Des dérogations sont néanmoins possibles pour des raisons de bien-être animal dûment constatées par des vétérinaires.
Ces dérogations font l’objet d’une validation officielle de la DDPP.